La célèbre artiste japonaise, connue pour ses œuvres colorées recouvertes de pois, s’apprête à ouvrir dès dimanche les portes de son musée au cœur de Tokyo. Selon les retours du New York Times, présent sur place lors de la présentation à la presse, “même les toilettes sont couvertes de pois”. En traversant le musée, on croise toutes les formes et les motifs qui ont fait la notoriété de Yayoi Kusama : les pois mais aussi les miroirs et les citrouilles.

Le musée est dédié à son œuvre et la première exposition, “Creation Is a Solitary Pursuit, Love Is What Brings You Closer to Art” (“La création est un processus solitaire, l’amour est ce qui vous approche de l’art”), explore la période de 2007 à 2017. “Jusqu’ici c’est moi qui me déplaçais, a expliqué l’artiste dans sa conférence de presse. Mais maintenant je constate que des gens viennent au Japon pour voir mes œuvres. J’ai décidé de leur offrir un endroit où ils pourront les observer.” L’écrin est luxueux puisqu’il s’agit d’un bâtiment de cinq étages aménagé par le cabinet d’architecte Kume Sekkei.

Depuis son enfance, l’artiste peint tous les jours et son œuvre est particulièrement riche. De son propre aveu, Yayoi Kusama s’inspire de ses hallucinations, qui lui font notamment voir ces motifs à pois. “J’ai vu les premiers pois à l’âge de dix ans, a-t-elle expliqué, et je continue à en voir encore.” Après avoir vécu à New York au cœur de la scène d’avant-garde, elle s’est de nouveau installée au Japon dans les années 1970. Elle réside depuis lors dans un hôpital psychiatrique, non loin de son musée.

L’ouverture de ce nouveau lieu devrait encore faire augmenter sa cote sur le marché de l’art. Ses œuvres ont séduit les collectionneurs ces dix dernières années. Selon Artnet, son œuvre la plus chère jamais vendue est White No.28, qui s’est arrachée chez Christie’s New York pour plus de 7 millions de dollars en 2014.

Pour l’heure, il faudra prendre son mal en patience pour visiter son musée de Tokyo. Le New York Times note que les billets ont tous été vendus jusqu’au mois de novembre. Les visites sont limitées à 50 personnes par créneaux de 90 minutes. Les expositions de l’artiste sont toujours particulièrement prisées, ce qui lui avait valu en 2015 d’être nommée l’artiste la plus populaire de l’année.

Pour les parisiens qui voudraient admirer ses travaux, certaines de ses œuvres seront présentées à l’exposition Être moderne : le MoMA à Paris à la Fondation Louis Vuitton du 11 octobre au 5 mars prochain.

Articles Similaires
Tate Modern’s Turbine Hall Goes Playful

Le Turbine Hall à la Tate Modern devient ludique

Le Turbine Hall de la Tate Modern à Londres est sans doute le plus bel espace d’expositions au monde. Il

Pinault

François Pinault dévoile ses plans pour la Collection Pinault-Paris

En avril dernier, François Pinault et Anne Hidalgo annonçaient officiellement l’ouverture d’un musée au cœur de la Bourse du Commerce.

David Schrader

Une figure de Wall Street rejoint Sotheby’s au pôle des ventes de gré à gré

Les ventes de gré à gré sont de plus en plus prisées par les collectionneurs. Pour développer cet aspect au

Chili musée art contemporain Chile

Le Chili ouvre son premier musée public d’art contemporain

Le Chili s’apprête à franchir un nouveau cap dans son histoire, en ouvrant son premier musée national dédié à l’art

Emmanuel Perrotin

Emmanuel Perrotin ouvre une galerie à Tokyo

Tandis que de nombreuses galeries de tailles petites à moyenne peinent à trouver un nouvel équilibre et se voient contraintes

Pin It on Pinterest