Du 8 au 12 novembre, le monde de l’art plie bagage vers la bien nommée, « Paris de l’Orient » ou « Hollywood de l’Est », autrement dit Shanghai, ville reconnue aujourd’hui comme un symbole de puissance artistique et économique.

Sous la coupe de David Chau (un jeune trentenaire expert en finances) et pour sa cinquième édition, la Shanghai Contemporary Art Fair (dit Art021) s’offre les fleurons de l’art contemporain : on y dénombre 102 galeries dont les célèbres galeries Perrotin ou Gagosian. Mention particulière pour la qualité de présentation. La section principale dédie son salon à l’art du XXème siècle, tandis qu’un programme « Beyond » regroupe une série de projets artistiques adressés aux espaces publics.
« C’est une jeune foire qui attire de nouveaux collectionneurs, particulièrement de  Chine et de Corée », indique Rachel Lehmann, cofondatrice de la galerie Lehmann Maupin.

La manifestation profite d’une ville en pleine expansion où affluent les collectionneurs, particulièrement vers le nouveau quartier de West Bund, qui accueille du 10 au 12 novembre la quatrième édition de la West Bund Art & Design. 70 galeries investissent la section principale du salon. Dans un périmètre circonscrit, pullulent les musées privés à l’initiative des collectionneurs. Du Yuz Museum, ouvert par Budi Tek, le roi du poulet en Indonésie, en passant par le Long Museum et ses 33.000 m2, qui font de lui le musée le plus vaste de Chine, créé par Liu Yiqian, un ancien chauffeur de taxi qui fit fortune. C’est à Dai Zhikang, patron du Zendai Group, que l’on doit l’un des premiers musées privés, personnage célèbre et reconnu comme le détenteur du « Nu couché » de Modigliani, acquis chez Christie’s New York pour la modique somme de 170,4 millions de dollars.

Une autre adresse incontournable a vu le jour dans une ancienne usine transformée en Pavillon du futur pour l’exposition universelle de 2010 avant de devenir aujourd’hui le centre d’Art Power Station of Art (abritant la Biennale de Shanghai en septembre 2018).
Un lieu diffère par son statut iconoclaste (à l’image de l’artiste invité cet été, Philippe Parreno), par sa taille (2.500 m2 répartis sur six étages) ou encore par son architecture (un immeuble Art déco des années 1930). D’ailleurs, le Rockbund Art Museum présente à l’automne les œuvres de quatre talents sélectionnés pour le prix Hugo Boss Asia Art. Sans omettre le quartier de Moganshan Road où prospèrent encore de nombreuses galeries.

Autour de ce contexte foisonnant, la foire Art021 tire son épingle du jeu en associant les figures hégémoniques du marché de l’art à l’impulsion de la jeune garde.

 

Articles Similaires
Centre Pompidou Shanghai

Des nouvelles du Centre Pompidou Shanghai

Cela fait deux ans que le projet du Centre Pompidou Shanghai est évoqué par le musée français (Voir Un Centre Pompidou

Dmitry Rybolovlev, Yves Bouvier

Affaire Bouvier : suite et poursuites

Poursuivi depuis quelques temps pour escroquerie par le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, Yves Bouvier a finalement décidé de se désengager

sothebys-china

Sotheby’s Chine à la traîne

Selon un article publié sur le site Web du Want China Times, les discussions entamées par Sotheby’s avec le gouvernement

Ai Weiwei Power-station-of art

Ai Weiwei toujours au cœur de la polémique

A quelques heures de l’ouverture de la rétrospective du Chinese Contemporary Art Award – le prix lancé il y a

Monet au supermarché

La plus grande exposition Monet jamais organisée en Chine continentale a ouvert ses portes samedi 8 mars, dans un lieu

Pin It on Pinterest