Le collectionneur d’art congolais Sindika Dokolo veut rendre à l’Afrique ce qui lui appartient. Selon ArtNet, il lance une large campagne visant à rapatrier sur le continent africain des oeuvres d’art actuellement exposées dans des institutions occidentales ou vendues sur le marché européen ou américain.

Ce que vise particulièrement Dokolo? Les oeuvres d’art subtilisées pendant la colonisation. Pour les traquer, la fondation du collectionneur a mandaté une équipe de chercheurs et de spécialistes, chargée d’identifier ces pièces dans des collections personnelles et sur le marché de l’art. Il propose ensuite aux propriétaires un choix : soit ils revendent l’oeuvre à Dokolo au prix d’achat, soit ils risquent un procès pour vol.

Le but du célèbre collectionneur de 43 ans est de rendre à l’Afrique son patrimoine, et de pouvoir exposer les oeuvres dans le pays d’origine des artistes. Dans une interview donnée au New York Times à l’occasion d’une exposition au Portugal, Sindika Dokolo s’est expliqué au journaliste Raphael Minder. “De nombreuses oeuvres ont disparues d’Afrique et circulent désormais sur le marché de l’art uniquement grâce aux mensonges entourant leur provenance”, raconte Dokolo. Une situation inacceptable, doublée selon lui d’un mépris du marché pour l’art africain. “Sotheby’s et Christie’s capitalisent surtout sur l’importance de l’art africain pour la modernisation de l’art européen, explique-t-il au New York Times. Ils pensent surtout à son influence sur des artistes comme Picasso ou Braque.” (Voir L’art contemporain africain s’invite à Paris)

La position tranchée de Dokolo concernant l’art africain reste critiquée dans la profession, notamment par André Magnin, commissaire d’exposition de Beauté Congo à la Fondation Cartier. Selon lui, même si Dokolo est le collectionneur le plus important d’art africain (il possède plus de 5000 oeuvres), cela ne lui donne pas le droit de décider pour tout le continent.

Malgré ces critiques, le collectionneur congolais possède bien l’influence et les ressources nécessaires pour mener à bien son plan de réhabilitation et faire changer les choses. Issu d’une famille très aisé, il est marié à la femme la plus riche d’Afrique, Isabel dos Santos. Sindika Dokolo collectionne des oeuvres d’art depuis ses 15 ans et oeuvre à faire connaître l’art africain partout dans le monde. Avec sa fondation basée à Luanda (Angola), il a notamment été à l’origine du premier pavillon africain à la 52e Biennale de Venise. Ses prochains projets incluent d’ouvrir un nouvel espace à Porto.

Articles Similaires

Les ventes aux enchères de la semaine passées au crible

À l’heure d’automne, les enchères ont le vent en poupe, outre-Atlantique. Un tableau de Fernand Léger qui pèse lourd (70

Sara Kay

Sara Kay ouvre une nouvelle galerie à New York et met en avant les femmes artistes

Au milieu des annonces de la fermeture de galeries (Voir “Andrea Rosen annonce la fermeture de sa galerie de Chelsea“),

francis bacon

Francis Bacon, star des ventes d’automne

Il y a une dizaine de jours, Christie’s annonçait la vente exceptionnelle d’une toile rare de Francis Bacon, Head With

Francis Bacon

Christie’s va vendre une toile rare de Francis Bacon

Francis Bacon a la cote sur le marché de l’art. En 2013, son triptyque représentant Lucian Freud s’est arraché pour

Sotheby's

Sotheby’s va intégrer l’art latino-américain dans ses grandes ventes contemporaines

Depuis plusieurs années, les grandes maisons de ventes aux enchères s’intéressent de plus en plus à l’art latino-américain. En janvier

Pin It on Pinterest