Cette année, le monde de l’art n’a d’yeux que pour Wolfgang Tillmans, photographe allemand de 48 ans lauréat du Turner Prize en 2000. En février, il a monté sa première grande exposition à la Tate Modern, présentant ses travaux politiques réalisés depuis 2003 qui montrent les grands changements à l’œuvre dans le monde. La Fondation Beyeler lui a ensuite donné carte blanche pour une grande rétrospective présentée jusqu’au 1er octobre 2017, qui montre à travers plus de 200 de ses travaux comment il a su réinventer la photographie.

En marge de cette reconnaissance institutionnelle, sa cote s’est envolée. Les ventes new-yorkaises de mai lui ont permis de battre un record, avec la vente chez Sotheby’s de Freischwimmer 123, adjugé pour 660 500 dollars. Quelques semaines plus tard, à Art Basel, une vingtaine de ses travaux se vendaient pour des prix entre 10 000 et 150 000 dollars.

Wolfgang Tillmans

Wolfgang Tillmans, Lampedusa, 2008 © Wolfgang Tillmans

Les ventes londoniennes ont confirmé l’engouement autour de Tillmans. Un nouveau record a été marqué pour l’artiste chez Phillips lors de la soirée contemporaine du 29 juin avec la vente de Freischwimmer #84, une œuvre abstraite adjugée pour 605 000 livres sterling. Plusieurs collectionneurs se sont disputé l’œuvre. Henry Highley, qui menait la vente, a même conseillé aux personnes présentes dans la salle “d’annuler leurs plans pour le dîner”, soulignant ainsi la ferveur des enchères.

De ses premières œuvres érotiques et audacieuses à ses expérimentations plus abstraites en passant par ses natures mortes, son travail fascine. L’artiste a commencé dans les années 80 en publiant notamment ses clichés dans le magazine I-D. Depuis, il a appris à expérimenter toutes les facettes de la photographie. “La chose intéressante à propos de l’art, expliquait-il à Libération à l’occasion de son exposition à la Tate, c’est qu’avec la maturité, on ne fait pas la même chose qu’à 25 ans. Je suis heureux de travailler dans le champ des arts visuels, car c’est un espace où l’on peut grandir.” À 48 ans, l’artiste voit “chaque image comme une expérience”. Qu’il s’agisse de montrer les entrailles d’un crustacé, un poing levé lors d’une manifestation ou l’intérieur d’un nuage. Les possibilités sont infinies.

Articles Similaires
Art Basel 2017

Succès artistique et commercial à Art Basel

Art Basel a ouvert les portes de sa 48ème édition cette semaine. Avec 291 galeries venues du monde entier, la

David Hockney Bradford

Records de fréquentation pour la rétrospective David Hockney à la Tate Britain

C’était l’une des expositions événement de cette année. Et elle n’a pas déçu. La Tate Britain a annoncé que sa

Peter Doig Phillips

Un record pour Peter Doig chez Phillips

Depuis plusieurs semaines, la presse prévoyait un record pour l’artiste écossais Peter Doig. Pour sa vente new-yorkaise, Phillips proposait en

Lilly Chan

Lilly Chan quitte Christie’s pour Phillips

Phillips a annoncé cette semaine la nomination de Lilly Chan au poste de directrice générale de Phillips en Asie. Elle

Artgenève

Artgenève, la foire suisse qui gagne du terrain

Chaque année au mois de juin, le monde de l’art se presse à Bâle pour prendre part à la frénésie

Pin It on Pinterest