C’est à la veille de la FIAC que le président de l’ADIAF Gilles Fuchs a annoncé le lauréat du prestigieux prix Marcel Duchamp. C’est l’artiste français Kader Attia qui a été couronné par un jury composé de collectionneurs et de directeurs de musées. Il succède ainsi à Melik Ohanian. Kader Attia avait déjà été finaliste une première fois en 2005.

Né en 1970 en région parisienne de parents algériens, l’artiste partage aujourd’hui son temps entre Paris et Berlin. Photographe et plasticien, Kader Attia s’intéresse aux répercussions du colonialisme sur la société, aux crises économiques qui touchent les populations, à la réparation et à la reconstruction. Il est notamment l’auteur de Ghost, une installation composée de 102 figures d’aluminium représentant des corps en train de prier. Il a aussi consacré un travail monumental aux “gueules cassées” de la Première Guerre mondiale, qu’il a mis en regard avec des objets africains dans The Repair from Occident to Extra-Occidental Cultures.

L’ADIAF a voulu cette année, dans un contexte mondial difficile, remettre le prix Duchamp à un artiste dont l’œuvre réfléchit à des questions brûlantes. “Kader Attia nous conduit à une réflexion personnelle sur la situation d’un monde plus divisé que jamais, explique le Président du jury Bernard Blistène dans le communiqué du Centre Pompidou. À travers un labyrinthe associant les formes les plus diverses de la représentation, tentant de suturer les fragments d’un monde atrophié, Kader Attia propose un portrait de l’artiste en rebouteur.” Serge Lasvignes, Président du Centre Pompidou, a lui aussi salué l’intelligence du travail de Kader Attia, qui avait su capturer avec Ghost “le vaste phénomène migratoire qui frappe aujourd’hui notre monde méditerranéen.” “L’art a parfois ce talent de prémonition, explique Serge Lasvignes, cette capacité à saisir les vibrations d’un monde en mutation.”

Ces vibrations, Kader Attia compte bien continuer à les percevoir et à les analyser. Cela passera, dans un premier temps, par l’ouverture d’un nouveau lieu près de la Gare du Nord à Paris. Dans cet espace, qui a ouvert le 17 octobre et se nomme “La Colonie” (le mot est barré), sont organisés des débats, des conférences et des lectures. L’artiste espère y recevoir des publics de tous les horizons.

Articles Similaires
Dada

Le Kunsthaus Zürich numérise les documents du mouvement Dada

“Rendre le mouvement Dada immortel”. C’est ainsi que le Kunsthaus présente son projet de numérisation des 740 documents de cette

ventes 2016 sales

Dix des plus belles ventes de 2016

Le marché de l’art est de plus en plus exigeant. Cela n’a pas empêché les collectionneurs d’investir pendant les grandes

FIAC 2016 Grand Palais

FIAC 2016 : une édition sous le signe des nouveautés

Comme toutes les foires cette année, la FIAC n’a pas eu le choix. Dans un contexte post-Brexit, au cœur d’un

Programme en image de la 13e biennale de Sharjah

La biennale de Sharjah annonce un programme transnational pour sa 13e édition

La prochaine biennale de Sharjah sera encore plus internationale qu’à son habitude. Initialement basée dans la ville de Sharjah, aux

Artcurial

Artcurial prend la tête des maisons de ventes aux enchères en France

Artcurial a publié ses résultats pour le premier semestre 2016. Des chiffres qui la placent en tête des maisons de

Pin It on Pinterest