Depuis le début du mois de juin, la Documenta 14 bat son plein à Kassel. Une édition particulièrement politique qui, selon les dires du New York Times, n’a pas hésité à “utiliser l’art comme témoin” et à traiter des problématiques qui agitent l’Europe : racisme, montée des nationalismes, violences… C’est un continent marqué par cinq ans de crises humanitaires et financières qui a dressé à Kassel un bilan difficile au travers d’œuvres qualifiées par Le Figaro comme “rudes, voire âpres”.

Parmi les 160 artistes présents cet année, l’un d’entre eux a particulièrement marqué la presse et les visiteurs. Olu Oguibe a été couronné cette semaine du prix Arnold Bode, remis par la ville en hommage au fondateur de l’événement et accompagné d’une dotation de 10 000 euros. Olu Oguibe a installé au cœur de Kassel un obélisque de plus de 15 mètres sur lequel on peut lire “I was a stranger and you took me in” (“J’étais un étranger et vous m’avez accueilli”). Cette phrase issue de l’Évangile selon Matthieu est inscrite sur l’œuvre en arabe, en anglais, en allemand et en turc. L’artiste d’origine nigériane, actuellement installé dans le Connecticut, a imaginé cette œuvre en hommage aux millions de réfugiés forcés à quitter leur pays. Dans le catalogue de la Documenta, Olu Oguibe explique qu’il espère que cette œuvre fera réfléchir “les fanatiques aux États-Unis qui refusent d’accueillir des réfugiés.”

#documenta14 #kassel #königsplatz #oluoguibe

A post shared by U (@flottertag) on

“Depuis plus de quarante ans, Olu Oguibe est un penseur et un artiste conceptuel remarquable, ont expliqué les organisateurs de la Documenta dans un communiqué de presse. Il s’intéresse aux problématiques sociales et artistiques.” Le communiqué souligne que l’artiste a puisé la force de son œuvre dans ses expériences d’enfance. Il a en effet grandi au cœur de la guerre civile du Nigeria à la fin des années 60. Pour les organisateurs de l’événement, son œuvre est “un symbole […] de l’attention et de l’intérêt qu’il faut porter à ceux qui souffrent de persécutions et sont obligés de quitter leurs pays.”

L’œuvre d’Olu Oguibe est visible sur la Königsplatz à Kassel jusqu’au 17 septembre prochain.

Pin It on Pinterest