Le 23 juin dernier, la Grande-Bretagne votait pour sa sortie de l’Union Européenne. La nouvelle faisait l’effet d’une bombe dans le milieu culturel, et l’inquiétude planait sur le marché de l’art (Voir Les conséquences du vote sur la sortie de l’Union Européenne inquiètent le marché de l’art). Les ventes honorables chez Christie’s, Sotheby’s et Phillips qui avaient suivi le vote avaient quelques peu calmé les esprits.

Mais la question du Brexit est de nouveau au cœur du débat à une poignée de jour du lancement de la Frieze à Regent’s Park (du 6 au 9 octobre). Temps fort de l’art contemporain à Londres et baromètre du marché, l’événement rassemble comme chaque année plus de 150 galeries et des collectionneurs venus du monde entier. Le vote pourrait-il décourager ces derniers ?

“La Frieze résistera au Brexit” a affirmé sa directrice Victoria Siddall à Evening Standard. Les collectionneurs, venus du monde entier, ne devraient pas être influencés par le vote qui n’a, pour le moment, aucun effet concret si ce n’est la chute de la livre sterling, qui a atteint en juillet son taux le plus bas face au dollar depuis 30 ans. “La seule conséquence que le Brexit a eu pour le moment, nous explique la galeriste britannique Alison Jacques, c’est de booster le marché londonien. La livre sterling est plus faible que le dollar, ce qui nous permet d’avoir plus de ventes aux États-Unis.”

Une aubaine pour le marché britannique ?

Dans les pages du Telegraph, le président de la British Art Market Federation est allé encore plus loin, en publiant une tribune expliquant que le Brexit pourrait s’avérer être une aubaine pour le marché britannique. Anthony Browne explique que la plupart des transactions d’art britannique se font avec des pays en dehors de l’Union Européenne.

“Nous pouvons désormais éliminer ou réduire les contraintes règlementaires qui s’accumulent depuis plusieurs décennies, écrit-il dans sa tribune. Elles nous coûtent très cher et nous empêchent d’être compétitifs face à New York, Hong Kong et la Suisse.” Selon lui, le marché unique européen n’a pas eu autant d’avantages pour l’art que pour d’autres secteurs. Le Brexit permettrait donc de tirer véritablement profit d’un marché florissant, dans un pays qui reste le second pôle le plus important au monde dans ce domaine.

Frieze Art Fair London

Frieze London 2015. Photograph by Linda Nylind © Courtesy of Linda Nylind/Frieze.

Des effets à long terme ?

D’autres ne sont pas aussi rassurés. Joint par mail, le galeriste Tommaso Corvi-Mora, qui participe à la Frieze cette année, n’est pas inquiet des effets du Brexit pour l’édition 2016. Mais il n’est pas pour autant sûr que le vote n’aura pas un impact négatif dans les prochaines années. “Pour le moment, le Brexit ne nous inquiète pas, explique-t-il. Rien ne s’est passé, et nous profitons encore de voyager et de faire circuler les biens librement. Ce qui m’inquiète c’est plutôt de savoir ce qui va se passer après l’article 50 (la clause de retrait introduite par le traité de Lisbonne, ndlr). C’est une décision terrible qui aura des conséquences sérieuses.”

Londres se développe toujours plus

Une chose est sûre : Londres n’a pas fini d’attirer collectionneurs et galeristes. “Il n’y a pas de doutes sur le fait que Londres est le centre de l’art contemporain en Europe, explique Alison Jacques. Le nombre de galeries, d’artistes et de musées ne changera pas, que nous soyons dans l’Union Européenne ou pas. De nombreuses galeries londoniennes vendent des œuvres en dehors de l’Europe.” Avec l’arrivée de nouvelles adresses prestigieuses (Kamel Mennour, Thaddaeus Ropac…), Londres n’a pas fini d’être le centre névralgique de l’art contemporain. Et la Frieze son grand rendez-vous annuel.

Articles Similaires
Julia Peyton-Jones

Julia Peyton-Jones, ancienne directrice de la Serpentine Gallery, rejoint Thaddaeus Ropac

Un peu plus de deux mois après l’ouverture de sa galerie londonienne, le galeriste autrichien Thaddaeus Ropac a annoncé qu’une

banksy

Banksy ne pourra pas offrir une œuvre à ceux qui votent contre les tories

Après les deux attentats qui ont frappé l’Angleterre, à Manchester puis à Londres, la campagne des législatives est particulièrement tendue.

Frieze New York

Bilan positif pour la Frieze New York malgré une faible présence européenne

Depuis quelques années, les plus grandes foires internationales essaient de s’imposer à New York. C’est le cas de la TEFAF,

sotheby's double contemporary

Sotheby’s double la mise par rapport aux ventes contemporaines de 2016

Les craintes liées au Brexit semblent loin et Sotheby’s a continué sur la lancée de Christie’s (Voir Une soirée de

Anselm Kiefer CAFA

Les commissaires d’une exposition controversée d’Anselm Kiefer en Chine se défendent

Depuis novembre dernier, une exposition d’œuvres de l’artiste allemand Anselm Kiefer au Central Academy of Fine Arts Museum (CAFA) de

Pin It on Pinterest