La semaine dernière, les États-Unis et Israël ont annoncé coup sur coup leur retrait programmé de l’UNESCO, l’Organisation des Nations Unies pour l’Éducation, la Science et la Culture. Ces deux défections liées entre elles résultent principalement de l’analyse que l’UNESCO a eu tendance dans ses prises de décision à promouvoir les vues palestiniennes aux dépens d’Israël.  « La décision n’a pas été prise à la légère, elle reflète le souci des États-Unis quant à (…) la nécessité de revoir l’organisation et le parti pris permanent anti-israélien », a déclaré le Département d’État américain.

Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, a répliqué : « Au moment où la lutte contre les extrémismes violents appelle à renouveler les investissements dans l’éducation et le dialogue entre les cultures pour lutter contre la haine, il est profondément regrettable que les États-Unis se retirent de l’agence des Nations Unies en charge de ces questions. »

Quel en sera l’impact sur l’UNESCO ? À court terme, peu de changement du fait que les États-Unis ont cessé leur contribution financière à l’organisation en signe de protestation depuis 2011. Un pays membre qui ne paie pas sa cotisation depuis deux ans perd ses droits de vote, de sorte que les États-Unis sont simples spectateurs depuis 2013. Maintenant que la somme qu’ils doivent à l’UNESCO s’élève à ½ milliard de dollars, leur retrait semble parfaitement logique, que Washington décide de régler sa dette ou non. À long terme, la perte par l’UNESCO de son membre le plus visible pourrait amoindrir son influence. Mais ce n’est pas la première fois que cela se produit et jusqu’à la fin de 2018 la décision peut être révisée. Une note plus positive est donnée par Maxwell Anderson, ancien président de l’Association of Art Museum Directors qui déclare : « Le récent retrait de l’Amérique de la scène internationale est à coup sûr le reflet des pulsions chauvines du président actuel mais le futur président des États-Unis rétablira sans doute les relations avec les organisations et conventions internationales. »

Articles Similaires
donald trump artistes américains

Les artistes américains manifestent contre les propositions budgétaires de Donald Trump

Près de 400 personnes ont défilé dans les rues de New York le 3 avril pour protester contre les propositions

Baalshamin Palmyre

Le site Palmyre repris des mains de l’EI

En mai dernier, l’état Islamique s’emparait de Palmyre (Voir Palmyre : Le Patrimoine de l’humanité en danger). Depuis, des photos

Baalshamin Palmyre

François Hollande s’en prend au trafic d’art de l’État Islamique

Depuis plusieurs mois déjà, l’État Islamique profite de ses terribles destructions en Syrie pour revendre des œuvres volées dans les

Karnak, Temple

Encore une attaque visant le patrimoine mondial de l’humanité

La première fois que l’on a vraiment entendu parler d’une attaque visant un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO

Palmyre ISIS Saesh Bardo Irak Syrie Tunisie Etat Islamique

Palmyre : le patrimoine de l’humanité en danger

L’histoire a un goût de déjà vu. Le 4 avril dernier, l’État Islamique mettait en ligne une vidéo montrant des

Pin It on Pinterest