La styliste française Agnès Troublé, mieux connue sous le nom d’Agnès b., a annoncé qu’elle allait ouvrir une fondation à Paris au printemps 2018 pour exposer sa collection. “Ce que je peux dire sur le bâtiment, a-t-elle expliquée à L’Express, c’est qu’il sera situé dans un quartier populaire intra-muros.”

Agnès b. tient déjà, depuis 1984, la Galerie du jour à Paris, où elle expose artistes contemporains et photographes. Depuis 2009, le “fonds de dotation Agnès b.” structure par ailleurs “toutes [ses] actions de mécénat, partenariat, philanthropie” ainsi que les activités de la galerie.

Mais pour la styliste, galeriste et collectionneuse restent deux activités séparées. Cette passionnée d’art, qui a amassé plus de 5000 œuvres, voudrait désormais trouver un écrin pour faire vivre sa collection. “Je fais confiance à mon instinct et j’achète avec mon cœur” expliquait-elle à Télérama en 2015. Photographie, art contemporain, street art… Agnès b. a acheté dans les galeries et dans les maisons de ventes aux enchères, portée par ses rencontres et par sa passion pour les avant-gardes, le cinéma et les artistes singuliers.

“Cette collection ressemble à un grand collage” explique encore Agnès b. Un patchwork où l’on retrouve aussi bien des toiles de Chéri Samba que des photographies de Nan Goldin, un dessin de Basquiat, des œuvres de Futura… Un trésor inestimable que, même avant l’élaboration de sa fondation, elle partageait volontiers avec public. “Une collection est-elle un plaisir égoïste ?” lui demandait récemment L’Express. “Il s’agit absolument du contraire, rétorquait Agnès b. C’est un partage. Je n’ai jamais refusé un prêt.”

Plusieurs expositions ont ainsi rendu hommage à ses talents de collectionneuse. En 2015, Un regard sur la collection d’Agnès b. au LaM de Villeneuve d’Ascq montrait 120 œuvres “insolites” signées Andy Warhol, Louise Bourgeois ou Claude Lévêque. Le musée listait ainsi les nombreux axes d’intérêts de sa collection de peintures, dessins et sculptures : “le portrait, les rapports entre arts plastiques, musique et cinéma, mais aussi les notions d’altérité, d’identité, de contre-culture, de temps et de mémoire”.

Depuis le début du mois de juillet, une exposition à la Collection Lambert en Avignon organisée dans le cadre des Rencontres d’Arles pose un nouveau regard sur ce trésor. Le directeur de l’institution, Eric Mézil, a sélectionné 350 œuvres parmi les possessions de la styliste et a donné à l’exposition un titre en forme d’exclamation enthousiaste : “On aime l’art…!!”. On y croise David Lynch, le photographe Malick Sidibé ou Kenneth Anger. Un accrochage éclectique qui dresse en creux le portrait d’une éternelle passionnée.

Articles Similaires
Warhol

Warhol et Basquiat en tête chez Sotheby’s

Il y a quelques mois, Christie’s annonçait qu’elle n’organiserait pas de vente contemporaine à Londres au printemps (Voir Christie’s annule

Art Basel 2017

Succès artistique et commercial à Art Basel

Art Basel a ouvert les portes de sa 48ème édition cette semaine. Avec 291 galeries venues du monde entier, la

Basquiat

Basquiat a la cote chez Christie’s et Sotheby’s

Christie’s et Sotheby’s ont continué à miser sur de grands noms pour les ventes d’après guerre et contemporaines. Des toiles

Sotheby's Egon Schiele

Sotheby’s va proposer le “premier chef d’œuvre” d’Egon Schiele aux enchères

Sotheby’s et Christie’s commencent à dévoiler le contenu de leurs prochaines grandes ventes, qui se dérouleront autour du 15 mai

Mao Warhol

Un portrait de Mao Zedong par Andy Warhol, vendu 11,9 millions de dollars à Hong Kong

Depuis plusieurs mois, tous les regards sont tournés vers le marché asiatique. Sotheby’s mise notamment de plus en plus sur

Pin It on Pinterest