Le 23 juin, les britanniques ont voté majoritairement pour la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. L’annonce du résultat a provoqué une vague d’inquiétude, qui a atteint tous les secteurs, et notamment celui de la culture. Cela fait déjà plusieurs mois que les artistes avaient commencé à tirer la sonnette d’alarme (Voir Les artistes britanniques s’expriment sur le Brexit), expliquant les effets désastreux que cette décision aurait sur les institutions.

Les inquiétudes pèsent aussi désormais sur le marché de l’art. Selon le rapport annuel de la foire TEFAF, le Royaume-Uni est en effet responsable de 19% des transactions des ventes aux enchères d’œuvres. Quelles seront les conséquences pour les maisons de ventes ? Et pour les foires comme Frieze, qui se déroule chaque années à Londres? On sait déjà que le Brexit a pesé sur les ventes londoniennes de juin et que, face au climat politique, de nombreux collectionneurs ont hésité à déposer leurs plus belles œuvres chez Sotheby’s et Christie’s.

Baisse du cours de la livre sterling

Suite aux résultats du référendum, la livre sterling a chuté de plus de 10%, atteignant son niveau le plus bas depuis 1985. Il se peut que cette crise affecte les ventes d’art contemporain qui se déroulent actuellement à Londres. Certains se veulent rassurants. Edward Dolman de Phillips a expliqué à la presse que cette chute de la monnaie britannique pourrait au contraire attirer les collectionneurs venus des États-Unis ou d’Asie.

Incertitude sur les coûts de l’import

Les maisons de vente aux enchères seront certainement touchées par la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Personne ne sait encore si les taxes seront augmentées et si l’import ou l’export d’œuvre d’art deviendra plus compliqué. Interrogée par Artnet, Agnieszka Prendota de la galerie Arusha pense que l’effet du Brexit sera terrible pour la circulation des œuvres. « Je pense que cela aura énormément d’impact sur le marché de l’art, explique-t-elle. Il est fréquent que le coût d’import d’un tableau, si on doit le faire venir d’un pays hors de l’UE, empêche l’organisation d’une exposition. Cela sera forcément négatif pour les artistes et pour le développement des galeries. »

Un assèchement du marché ?

Interrogé par le New York Times, le collectionneur J. Tomilson Hill pense lui aussi que le Brexit va entraîner un « assèchement » du marché et que le nombre d’œuvres mise en vente sur le territoire va baisser considérablement, particulièrement pour le secteur des « Old Masters ».

La sortie de l’Union Européenne pourrait aussi avoir comme effet secondaire d’isoler le marché de l’art britannique. Dans La Tribune, l’économique Michel Santi explique que la Grande Bretagne risque de voir ses collectionneurs les plus importants quitter le pays et que Londres pourrait dans le même temps perdre sa place de capitale européenne du marché.

Les artistes craignent eux aussi d’être mis de côté à cause du Brexit. En effet, nombre d’entre eux bénéficient d’aides qui proviennent de l’Union européenne.

Les enchères continuent à Londres

Il faudra attendre quelques mois, voir quelques années, pour connaître le véritable impact du Brexit sur le marché de l’art. De nombreuses incertitudes demeurent sur les détails économiques de cette sortie de l’UE.

Malgré le résultat du référendum, les ventes continuent à Londres. Phillips, Christie’s et Sotheby’s bravent la tempête et organisent leurs soirées dédiées à l’art contemporain. Sous l’œil inquiet des spécialistes du marché.

Articles Similaires

Les ventes aux enchères de la semaine passées au crible

À l’heure d’automne, les enchères ont le vent en poupe, outre-Atlantique. Un tableau de Fernand Léger qui pèse lourd (70

Loring Randolph

Loring Randolph est nommée directrice artistique de Frieze Amérique

Quelques jours avant son événement londonien, la Frieze Art Fair vient d’annoncer un changement dans son organisation. Loring Randolph, ancienne

Sara Kay

Sara Kay ouvre une nouvelle galerie à New York et met en avant les femmes artistes

Au milieu des annonces de la fermeture de galeries (Voir “Andrea Rosen annonce la fermeture de sa galerie de Chelsea“),

francis bacon

Francis Bacon, star des ventes d’automne

Il y a une dizaine de jours, Christie’s annonçait la vente exceptionnelle d’une toile rare de Francis Bacon, Head With

Francis Bacon

Christie’s va vendre une toile rare de Francis Bacon

Francis Bacon a la cote sur le marché de l’art. En 2013, son triptyque représentant Lucian Freud s’est arraché pour

Pin It on Pinterest