Art Basel Hong Kong a ouvert ses portes le 21 mars. L’événement, qui gagne en puissance chaque année depuis sa création en 2013, surfe sur la bonne santé du marché asiatique. Artsy rapporte ainsi que dès la preview VIP, David Zwirner et Hauser & Wirth affichaient des ventes à sept chiffres pour des toiles de Mark Bradford ou Frank Auerbach.

Au milieu de cette frénésie, l’économiste Clare McAndrews a livré son premier rapport sur l’état du marché. C’est la première fois qu’elle le rédige pour le compte d’Art Basel, après avoir travaillé onze ans pour la TEFAF. Elle y analyse la santé du marché et vient ajouter son bilan de l’année 2016 à celui d’Artprice (Voir La Chine reprend la tête du marché de l’art) et de la TEFAF (Voir Les ventes de gré à gré en plein essor selon le TEFAF Art Market Report).

Comme le note Roxana Azimi dans les pages du Monde, ces rapports qui se fondent sur des sources différentes ne donnent pas les mêmes résultats. Là où TEFAF annonçait une hausse du marché global de l’art, Clare McAndrews annonce une baisse de 11%, de 63,8 millions de dollars en 2015 à 56,6 millions de dollars en 2016.

L’économiste souligne une forte baisse des ventes aux États-Unis en 2016, avec un déclin de 16% par rapport à 2015. La Chine, qui représente 20% du marché selon ces résultats, a connu un déclin de seulement 2%. Le rapport note ainsi que les collectionneurs sont de plus en plus nombreux en Asie, et qu’on y remarque un essor des grandes fortunes désireuses d’investir dans l’art asiatique ainsi que dans les grands noms de l’art occidental. Une tendance qui s’est confirmée pendant les ventes londoniennes du mois de mars, pendant lesquelles les collectionneurs venus d’Asie ont enchéri sur certains des tableaux les plus chers, à l’instar du Te Fare de Paul Gauguin, adjugé pour 20,3 millions de livres sterling (Voir Un record pour Magritte chez Christie’s).

Augmentation des ventes de gré à gré

Le rapport d’Art Basel constate par ailleurs, tout comme celui de TEFAF, une augmentation des ventes de gré à gré de 3%. Les collectionneurs ont eu tendance à éviter les ventes aux enchères publiques, qui représentent désormais 43% du marché. C’est ainsi qu’Oprah Winfrey a préféré vendre sa toile de Klimt en privé (Voir Oprah Winfrey vend un Klimt pour 150 millions de dollars). Les grands bénéficiaires ont été les marchands, qui ont vu leur activité augmenter et qui ont été particulièrement sollicités pour les transactions d’œuvres de grande valeur.

Les ventes aux enchères d’œuvres à plus de 10 millions ont ainsi baissé de 53% par rapport à 2015. “L’augmentation des ventes dans les galeries, écrit Claire McAndrew dans son communiqué de presse, a évité un déclin beaucoup plus important du marché de l’art global.”

Augmentation des ventes sur Internet

Tout comme les rapports d’Artprice et de la TEFAF, Clare McAndrew confirme une autre tendance de fond du marché : les ventes sur Internet sont à la hausse. Elles représentent aujourd’hui 4,9 milliards de dollars, soit 9% du marché (+4% par rapport à 2016).

Bloomberg note que l’économiste reste très prudente en évoquant 2017. Pour elle, le contexte politique et économique fragile et incertain pourrait pousser les vendeurs à être plus prudents. À l’inverse, il se peut que ce climat encourage les acheteurs à voir l’art comme une valeur refuge et être moins frileux qu’en 2016. Une théorie qui semble pour le moment se confirmer avec de belles ventes à Londres comme à New York (Voir Asia Week : Christie’s réalise une vente record d’art chinois à New York).

Articles Similaires
Basquiat

Les États-Unis reprennent la tête du marché de l’art, suivis de près par la Chine

Au début de l’année, tous les bilans semblaient indiquer la même tendance : la Chine avait une longueur d’avance au

Art Basel Hong Kong

Une cinquième édition d’Art Basel Hong Kong couronnée de succès

Tous les rapports le montrent : l’Asie est désormais l’un des centres névralgiques du marché de l’art. Ce qui fait

TEFAF Maastricht 2017 TEFAF Art

Les ventes de gré à gré en plein essor selon le TEFAF Art Market Report

Une semaine après le rapport d’Artprice (Voir La Chine reprend la tête du marché de l’art), c’est au célèbre TEFAF

Sotheby's asie asia insurance chine

La Chine reprend la tête du marché de l’art

Artprice vient de publier son rapport annuel, réalisé en partenariat avec le groupe chinois Artron. L’occasion de dresser un bilan

TEFAF New York

TEFAF New York permet aux galeristes européens de renouer avec les collectionneurs américains

TEFAF veut marcher dans les traces d’Art Basel. Tout comme la foire suisse, qui se déroule désormais à Bâle, à

Pin It on Pinterest