Artprice vient de publier son rapport annuel, réalisé en partenariat avec le groupe chinois Artron. L’occasion de dresser un bilan des ventes en 2016.

Sans surprise, Artprice annonce une baisse de 22% du chiffre d’affaire du marché de l’art en 2016 (12,5 milliards de dollars en 2016 contre contre 16,1 milliards de dollars en 2015). Comme nous l’avions déjà évoqué lors du bilan de Christie’s (Voir Christie’s annonce une baisse de 16% de son chiffre d’affaires en 2016), le principal facteur évoqué par les professionnels du marché est la diminution du nombre d’œuvres estimées à de très hauts prix lors des grandes ventes du soir. En 2015, 160 œuvres étaient évaluées à plus de 10 millions de dollars. En 2016, il n’y en avait plus que 80. “On peut noter un certain tarissement des chefs-d’œuvre exceptionnels” note ainsi Thierry Ehrmann, fondateur d’Artprice, dans son édito. Le rapport souligne que cette “pénurie de chefs d’œuvres” a surtout impacté New York et Londres.

Les collectionneurs sont aussi de plus en plus exigeants avec l’art du 19ème siècle. Pour que les prix d’un Monet, d’un Munch ou d’un Rodin s’enflamment, il faut qu’elles soient les “meilleures pour cette période de création”. C’est ainsi que la très rare Meule de Claude Monet a atteint un record mondial en 2016 en s’arrachant pour 81,5 millions de dollars.

En occident, c’est l’art moderne qui passionne de plus en plus les acheteurs. En 2016, il a ainsi représenté 44% des recettes annuelles. “Ce segment de création s’avère le plus dense et le plus diversifié en termes de valeurs sûres, historiques et muséales” note Artprice.

La Chine, leader du marché

Avec 38% de part de marché mondial et un total de ventes s’élevant à 4,79 milliards de dollars, la Chine a retrouvé en 2016 sa position de leader mondiale sur le marché de l’art devant les USA (28% de part de marché) et le Royaume-Uni (17% de part de marché). La France est à la quatrième position.

Le marché chinois reste très porté sur la calligraphie et la peinture traditionnelle, qui représentent 92% des lots vendus dans les salles de vente. Le rapport note tout de même que le secteur est en pleine mutation. L’art contemporain y fait une percée, notamment grâce au dynamisme d’Hong Kong, qui accueille des grandes ventes ainsi que la foire Art Basel. Les collectionneurs asiatiques sont par ailleurs de plus en plus friands d’art occidental. “Depuis deux ans, les collectionneurs chinois enchérissent en dehors de Chine sur des chefs-d’œuvre de maîtres occidentaux dans les grandes maisons de ventes internationales, explique Wan Jie d’Artron dans son éditorial. En Chine, la vision de l’art des collectionneurs chinois s’internationalisant, les maisons de ventes ont organisé des ventes d’œuvres d’art occidentales afin de répondre à leurs besoins.”

Le premier artiste dans le top 500 mondial en 2016 est par ailleurs un peintre chinois. Il s’agit de Zhang Daqian, qui dépasse Pablo Picasso. Sa toile Peach Blossom Spring, peinte en 1982, s’était vendue pour 34,7 millions de dollars chez Sotheby’s Hong Kong en avril dernier.

Des espoirs pour l’avenir

Le rapport note que, malgré la baisse du volume des ventes en 2016, le marché a tendance à se stabiliser. La multiplication des musées (700 nouveaux établissements ont vu le jour en 2016) est notamment l’un des moteurs des ventes. Malgré la baisse globale, le secteur “fine arts” (qui exclut antiquités et mobiliers) a par ailleurs progressé de 11% sur le marché occidental.

Thierry Ehrmann souligne aussi “l’omniprésence d’Internet”, au cœur de la stratégie des maisons de ventes, qui y ont enregistré des progressions de 100%. Autant de raisons de rester optimistes en 2017.

Articles Similaires
Art Basel Hong Kong Clare McAndrew

Clare McAndrew livre son analyse d’un marché de l’art en baisse à Art Basel Hong Kong

Art Basel Hong Kong a ouvert ses portes le 21 mars. L’événement, qui gagne en puissance chaque année depuis sa

Dmitri Rybolovlev

Dmitri Rybolovlev vend des œuvres de sa collection

Bloomberg donne des nouvelles de l’affaire qui oppose Yves Bouvier et Dmitri Rybolovlvev sous la plume de Katya Kazakina et Hugo

Anselm Kiefer CAFA

Les commissaires d’une exposition controversée d’Anselm Kiefer en Chine se défendent

Depuis novembre dernier, une exposition d’œuvres de l’artiste allemand Anselm Kiefer au Central Academy of Fine Arts Museum (CAFA) de

Düsseldorf MCH group

Le propriétaire d’Art Basel, MCH Group, acquiert 25,1% d’Art Düsseldorf

MCH Group continue sa stratégie mondiale. Déjà fort d’une présence à Bâle, à Hong Kong et à Miami, le groupe

Munch Monet Sotheby's Potsdam

Le tableau de Munch “Les filles sur le pont” exposé dans le nouveau musée de Potsdam

En novembre dernier, les Filles sur le pont d’Edward Munch sauvaient la mise lors de la vente impressionniste et moderne de

Pin It on Pinterest