La Biennale Paris, qui se tient dans la capitale depuis 1956, a ouvert ses portes cette semaine avec la ferme intention de renouveler son image et sa formule. L’année dernière, la Biennale des Antiquaires avait souffert du scandale des faux meubles (Voir “Une nouvelle affaire de faux meubles impliquant les galeries Aaron et Kraemer secoue Paris“) et d’une baisse de la fréquentation. Dans son bilan de l’édition 2016, Béatrice de Rochebouët du Figaro soulignait un “nombre d’entrées en chute libre”, une “absence des Américains” et “aucune star, faute de grands joailliers.”

La biennale, dont l’annualisation a été votée en 2015 par le Syndicat national des antiquaires (SNA), a apporté des modifications à sa formule pour retrouver son niveau qualitatif. Elle compte un nombre moins important de galeries (93 cette année contre 125 en 2016), présentées au cœur du Grand Palais dans un décor imaginé par Nathalie Crinière et Jacques Garcia. Le marchand Mathias Ary Jan a succédé à Dominique Chevalier au poste de Président du SNA tandis que Christopher Forbes est devenu président de la commission Biennale 2017. Interrogé par Le quotidien de l’art en février dernier, Mathias Ary Jan avait affirmé que l’organisation serait “[très vigilante] pour que la Biennale soit irréprochable.”

Judith Benhamou-Huet des Échos note tout de même la présence de “très peu de marchands leaders au niveau mondial” dans les allées du Grand Palais, malgré des œuvres de qualité, sélectionnées sur le volet. Cette année, la Biennale Paris compte deux tiers d’exposants français. Le Monde note aussi la relative absence des joailliers, qui sont au nombre de 6 cette année. Les Américains n’ont, quant à eux, toujours pas retrouvé les routes des événements français. “Ce n’est pas facile car ils ne sont pas rassurés, notre pays étant considéré comme en état de guerre, expliquait Mathias Ary Jan au Quotidien de l’art. Il faut les motiver.”

La concurrence devient de plus en plus difficile pour les foires. Certaines s’étendent, comme TEFAF Maastricht qui organise sa version new-yorkaise fin octobre et qui concurrence directement la Biennale Paris, et d’autres se créent, à l’image de Fine Arts Paris. Ce nouveau rendez-vous dédié à la peinture, à la sculpture et aux dessins du XVIe siècle à nos jours sera dirigé par Louis de Bayser et se tiendra en novembre au Palais Brongniart.

Articles Similaires
Rashid Rana

Rashid Rana quitte la Biennale de Lahore

Au mois de mars 2016, la fondation Lahore Biennale annonçait son intention de lancer une nouvelle Biennale dès novembre 2017

Biennale de Bangkok

Une nouvelle biennale à Bangkok pour 2018

Ces derniers mois, de nombreuses nouvelles biennales ont été lancées ou annoncées. En Arctique, à Honolulu, au Danemark, à Katmandou,

Anne Imhof

Anne Imhof remporte le Lion d’or à la Biennale de Venise

Le jour de la preview presse de la Biennale de Venise, on ne parlait déjà que du pavillon allemand et de

Anita Dube

L’artiste Anita Dube sera la commissaire de la prochaine biennale de Kochi-Muziris

La troisième édition de la biennale de Kochi-Muziris a fermé ses portes à la fin du mois de mars, après

Yvonne Farrell et Shelley McNamara

Yvonne Farrell et Shelley McNamara nommées commissaires de la Biennale d’architecture de Venise

L’année dernière, la Biennale d’architecture avait connu un élan écologique sous l’influence du chilien Alejandro Aravena et de son thème

Pin It on Pinterest