Avant même l’élection de Donald Trump, les artistes se mobilisaient déjà contre le candidat républicain à travers des installations qui fleurissaient partout dans le pays (Voir Un collection d’artistes installe des statues de Trump nu dans plusieurs villes américaines). Au lendemain des résultats, de nombreuses personnalités du monde de l’art avaient réagi à chaud (Voir Le monde de l’art réagit à la victoire de Donald Trump). Aujourd’hui et à une poignée de jours de son investiture, des artistes américains appellent à faire grève.

Dans une pétition, ils encouragent leurs compatriotes à fermer les musées, les théâtres, les galeries, les salles de concert et les écoles d’art et à descendre dans la rue pour manifester. Le mouvement a été nommé “J20 Art Strike” (grève du monde de l’art). “Ce n’est pas une grève contre l’art, le théâtre ou la culture, expliquent les organisateurs. C’est une invitation à repenser ces activités et ces espaces pour en faire des lieux de pensée, de vision, de sentiments.” Une manière d’appeler les artistes à s’exprimer sur le sujet et à faire entendre leurs voix. Cette initiative s’inscrit dans un mouvement plus général de grève, le “J20” (pour “January 20th”), qui circule dans le pays et propose une journée de mobilisation.

Les musées fermeront-ils tous leurs portes le 20 janvier ? Le doute est permis. Dans les pages du Journal des Arts, la Smithsonian Institution, qui gère certains des plus grands musées de Washington, a indiqué que ses institutions seraient ouvertes le jour de l’investiture et que le mouvement de grève ne serait pas suivi.

Une importance symbolique

La pétition a cependant été signée par plusieurs artistes américains comme Marilyn Minter, Richard Serra ou Cindy Sherman. Le critique d’art Hrag Vartanian a publié une tribune pour défendre l’initiative sur Hyperallergic. “Les grèves fonctionnent mieux quand on a quelque chose à perdre, explique-t-il. Ici, nous devons imaginer l’absence de quelque chose, la disparition du monde de l’art.[…] Cette journée pourrait avoir une importance symbolique et nous permettre de nous penser comme une communauté. Une communauté qui n’a jamais été aussi d’accord sur quelque chose par le passé.”

L’initiative a été largement critiquée, notamment sur les réseaux sociaux. Certains considèrent qu’une grève ne ferait que fragiliser des artistes et galeries déjà en difficulté financière. D’autres ont argué qu’il serait plus judicieux de se prononcer sur le sujet plus tard. Une grève le jour de l’investiture donnerait l’impression, selon eux, que le problème qui se pose relève plus de la légitimité de l’élection de Trump que de ses idées politiques. Il faudra donc attendre le 20 janvier pour constater de l’ampleur du mouvement.

Articles Similaires
donald trump artistes américains

Les artistes américains manifestent contre les propositions budgétaires de Donald Trump

Près de 400 personnes ont défilé dans les rues de New York le 3 avril pour protester contre les propositions

Ai Weiwei New York

Ai Weiwei va installer des clôtures à New York

Ai Weiwei a multiplié les performances et autres installations ces dernières années en soutien aux réfugiés. Il n’a eu cesse

MoMA

Le MoMA change son accrochage en réponse au “Muslim Ban” de Trump

Depuis l’élection du 45ème président des États-Unis, des voix s’élèvent au sein des artistes et des institutions pour contester son

Trump Shrigley

Le monde de l’art réagit à la victoire de Donald Trump

Depuis le début de la campagne présidentielle, la majeure partie des artistes américains ont soutenu la candidate démocrate Hillary Clinton.

Donald Trump

Un collectif d’artistes installe des statues de Trump nu dans plusieurs villes américaines

Le collectif anarchiste de street artists INDECLINE a causé une certaine agitation ce matin dans cinq villes des États-Unis (Los

Pin It on Pinterest