Même au cœur de l’été, les scandales ne manquent pas dans le monde de l’art. La galeriste Mary Boone est aujourd’hui accusée de ne pas avoir vendu le bon tableau à l’un de ses clients. L’affaire fait couler beaucoup d’encre puisque la victime présumée n’est autre que l’acteur Alec Baldwin. Ce dernier reproche à la galeriste de ne pas lui avoir vendu l’œuvre qu’il convoitait.

L’affaire, relatée dans un long article du New York Times, commence au début des années 2000. Baldwin est en admiration devant la toile de l’artiste américain Ross Bleckner, Sea and Mirror (1996), qu’il découvre lors de l’une de ses expositions. Il cherche alors à l’acquérir, allant jusqu’à garder une copie de l’œuvre dans son sac. Il demande alors à Mary Boone, qui représente l’artiste, de convaincre le collectionneur qui a acheté Sea and Mirror chez Sotheby’s en 2007 de s’en séparer. En 2010, la galeriste vend la toile à l’acteur pour 190 000 dollars.

Alec Baldwin soupçonne aujourd’hui cette dernière de lui avoir sciemment vendu une version alternative de l’œuvre, tout en lui faisant croire qu’il s’agissait du Sea and Mirror qu’il avait tant admiré. Il s’épanche sur la situation dans les pages du New York Times. L’acteur explique notamment qu’il a découvert la supercherie en sentant une odeur de peinture neuve et en observant de près les couleurs, qui lui paraissaient différentes de celles qu’il avait tant aimées en découvrant la toile.

L’avocat de Mary Boone, Ted Poretz, a affirmé de son côté dans un communiqué transmis au New York Times que la transaction était claire depuis le début et que tout a été fait pour “satisfaire” l’acteur. La galeriste aurait expliqué à ce dernier au moment de l’achat qu’il obtiendrait une œuvre de la même série et non celle qu’il avait vue lors de l’exposition. Comme le souligne l’article du New York Times, le collectionneur qui possède la première version de Sea and Mirror ne semble toujours pas souhaiter s’en séparer.

Pin It on Pinterest