Ai Weiwei ne cesse d’afficher son soutien aux réfugiés. L’année dernière, il organisait des marches avec Anish Kapoor pour attirer l’attention des médias et de la population sur le sort des migrants. En janvier dernier, il annonçait vouloir ériger un mémorial sur l’île de Lesbos en Grèce pour rendre hommage à tous ceux qui ont perdu la vie durant la traversée qui devait les mener en Europe.

Aujourd’hui, c’est sa colère contre les autorités danoises que l’artiste chinois tient à exprimer. Le Danemark a adopté mardi 26 janvier une loi controversée qui permet de confisquer les biens des migrants arrivant dans le pays. Les demandeurs d’asile devront ainsi remettre toutes leurs possessions d’une valeur supérieure à 1340 euros.

Ai Weiwei a immédiatement réagi en annonçant sur Instagram la fermeture de son exposition « Ruptures », qui se tenait depuis mars 2015 à la galerie d’art contemporain de Copenhague Faurschou. Une information immédiatement confirmée par l’établissement sur Facebook. « Jen Faurschou soutient la décision de l’artiste, peut-on y lire, et regrette que le parlement danois ait décidé d’être le représentant d’une politique inhumaine tandis que se joue l’une des plus grandes crises humanitaire de l’histoire en Europe et au Moyen-Orient. » L’exposition aurait dû durer jusqu’en avril 2016.

En plus de cette annulation, l’artiste a aussi décidé de retirer son installation Yu Yi, présentée depuis novembre dernier dans le cadre de l’exposition A new dynasty – Created in China, du ARoS Aarhus Kunstmuseum. Le directeur du musée, Erlend G. Høyersten, s’est lui aussi exprimé sur cette décision. S’il assure « partager les mêmes valeurs qu’Ai Weiwei », il regrette de « punir la population à cause de la politique du gouvernement danois. » « Plus que jamais, explique-t-il, les européens ont besoin des institutions culturelles pour propager une parole libre. »

Depuis plusieurs jours, Ai Weiwei utilise son compte Instagram pour poster de nombreuses photos en couleur et en noir et blanc de migrants après leur traversée. L’artiste est actuellement sur l’île de Lesbos pour effectuer des recherches et est témoin des arrivées quotidiennes de familles entières dans des embarcations de fortune. « Ils arrivent sans rien, explique-t-il au Guardian, pieds nus, dans le froid, et il faut encore qu’ils marchent sur une plage de cailloux. Tout cela me met en colère. » Dans la nuit du 27 au 28 janvier, 24 personnes tentant de rejoindre l’Europe ont péri.

Articles Similaires
Ai Weiwei New York

Des habitants de Greenwich Village s’opposent au nouveau projet d’Ai Weiwei

En mars dernier, Ai Weiwei présentait son tout nouveau projet, Good Fences Make Good Neighbors (“Les bonnes clôtures font les

Ai Weiwei New York

Ai Weiwei va installer des clôtures à New York

Ai Weiwei a multiplié les performances et autres installations ces dernières années en soutien aux réfugiés. Il n’a eu cesse

Ai Weiwei

Ai Weiwei choque avec ses dernières performances en soutien aux réfugiés

Depuis plusieurs mois, Ai Weiwei multiplie les actions choc, en soutien aux réfugiés. Après avoir organisé une marche avec Anish

Adrian Ghenie Sotheby's

Phillips et Sotheby’s lancent les ventes contemporaines à Londres

Après les ventes impressionnistes et modernes de la semaine passée, les grandes maisons de ventes ont continué sur la même

Ai Weiwei

Des Legos pour Ai Weiwei

L’artiste chinois s’est lancé dans un combat politique avec Lego. En l’espace de quelques jours, Weiwei a monté sa communauté

Pin It on Pinterest