Glafira Rosales a finalement plaidé coupable devant la cour fédérale de Manhattan. Elle a reconnu avoir vendu soixante-trois oeuvres contrefaites en quinze ans. La plupart à des galeries américaines, et notamment à la galerie Knoedler et à Julian Weissman Fine Art, qui aurait versé directement à Glafira Rosales 30 millions de dollars. Les toiles attribuées à Jackson Pollock, Willem De Kooning, Robert Motherwell ou Mark Rothko étaient en réalité peintes dans le Queens par Pei-Shen Qian, un jeune chinois arrivé à New York en 1981 pour étudier à Arts Student League. Après des débuts difficiles (ils vendaient à l’époque ses oeuvres sur les trottoirs de Manhattan), il rencontre la courtière en art Glafira Rosales, pour qui il travaillera pendant plus d’une décennie.

Le montant total de l’arnaque: 80 millions de dollars.

Articles Similaires
Peter Doig Christie's records record

Une soirée de records chez Christie’s

Dix records. C’est par ce chiffre triomphant que Christie’s a introduit le bilan de sa vente du 7 mars, qui

Dmitri Rybolovlev

Dmitri Rybolovlev vend des œuvres de sa collection

Bloomberg donne des nouvelles de l’affaire qui oppose Yves Bouvier et Dmitri Rybolovlvev sous la plume de Katya Kazakina et Hugo

Glafira Rosales

Pas de peine de prison supplémentaire pour Glafira Rosales dans l’affaire Knoedler

C’est l’une des histoires de contrefaçons les plus retentissantes de ces dernières décennies. L’arnaque implique des sommes astronomiques (80 millions

Parmigianino

Sotheby’s confirme qu’une œuvre de Parmigianino vendue en 2012 était un faux

Cinq ans après avoir vendu l’œuvre aux enchères pour 842 500 dollars, Sotheby’s a annoncé que le Saint Jérôme attribué à

Téhéran Tehran Berlin Iran

L’exposition du Musée d’art contemporain de Téhéran à Berlin est annulée

Au mois de janvier, la Gemäldegalerie à Berlin devait organiser une exposition rassemblant des prêts du Musée d’art contemporain de Téhéran.

Pin It on Pinterest